Skip to content

Familles recomposées, Noël en décomposition

1 décembre 2009

Voilà, ca y est, personne ne l’attendait, mais c’est fait… on est en décembre. Petit résumé pour ceux qui n’ont jamais fait attention, décembre c’est le mois ou : Ca caille, il fait un temps de chien, on a pas un rond et c’est Noël. Oui, je sais, ca fait pas mal pour un seul mois.  Mais bon, c’est comme ca, alors autant s’y faire.

Quand j’étais gamin j’aimais bien noël. C’était pour moi LA fête familiale par excellence. Tout y était, chaleur, convivialité, bonheur, un peu comme dans la petite maison dans la prairie. Pendant des semaines nous préparions toutes les petites choses qui font la magie du moment. Le sapin trouvait sa place dans un coin du salon, les guirlandes fleurissaient autour de la cheminée et la crèche venait se nicher, comme à son habitude, entre le buffet et l’horloge. Le grand soir arrivait enfin, et tout excité je courrais me coucher en attendant avec hâte que le soleil se lève pour aller ouvrir les cadeaux que mes parents avaient achetés à prix d’or quelques semaines auparavant. Ca c’était la version années 80 de mon noël.

Depuis j’ai grandi et c’est à mon tour de fêter le noël des autres. Bien entendu la candeur et l’innocence du moment ne sont plus de la partie, la carte bleue fume à tout va, et je passe mes nuits à réfléchir pour trouver des solutions. En résumé, j’aurai une tête de zombie et un découvert affolant avant la fin du mois.

Trouver des solutions disais je donc, car je trouve que le visage de noël a pas mal changé depuis quelques années puisque nous somme des plus en plus nombreux à vivre sur le mode de la famille recomposée. Et que forcément, comme à l’époque du père noël ca existait pas trop encore, personne avait pensé que ca allait être le foutoir pour que les gamins aient leurs cadeaux le 25 au matin. De plus en plus, le lutin va devoir passer le réveillon du 24 avec papa et le matin du 25 avec maman. (Oui je sais, y’a d’autres solutions, mais moi j’ai envie de parler de celle la, et si on parlait d’une autre, mon argumentaire se casserait la gueule).

Comment faire alors ? Expliquer au Gremlins que le « père Noyel » il passe le 24 au soir entre la buche et le café, et que tout ce qui est écrit dans les bouquins c’est faux ? Où faut-il le réveiller à 6 H du matin le 25 pour avoir le temps de tout faire avant de partir rejoindre l’autre parent en question ? Avouons-le, c’est quand même mal foutu. Il parait qu’il y a quasiment un gamin sur deux en France dont les parents sont séparés, ce qui fait quand même potentiellement pas mal de personnes qui doivent se retourner les neurones pour chercher une solution.

Dans l’idéal il faudrait passer Noël sur deux jours, avec rectification des contes pour enfant afin de rétablir la vérité. Parce que faire croire à gamin qu’un bonhomme arrive à faire plus de 40000 km en une nuit, c’est un peu le prendre pour un idiot, qui plus est, c’est pas très raccord  avec la politique sur les radars automatiques et les excès de vitesse. Alors que deux ou trois jours ca devient tout de suite presque envisageable. Ca permet aux parents de s’organiser, de se remettre de la cuite du 24 au soir tranquillement et de retrouver l’éternel cadeau que l’on perd au dernier moment.

Pour les personnes sans enfant, ca ferait toujours un jour férié en rab, elle est pas belle la vie ?

Seul point négatif à cette jolie théorie, il faudrait se taper le double de léchouilles de la tata simone, le double d’assommant discours sur l’âpreté de la guerre du tonton Hector et le pire, le double de buche glacée immonde avec son petit traineau en plastoc piqué dans la crème.  Mais bon, on ne peut pas tout avoir.

Bref, je pense que tout le monde y trouverait son compte, et personnellement je dormirais mieux.

De toute façon noël ca a toujours été un mois d’emmerde pour une soirée de plaisir, ou presque. Ca va qu’on a nos charmants petits monstres pour compenser la foule de problèmes que ca génère.

Publicités
6 commentaires leave one →
  1. 1 décembre 2009 13 h 50 mi

    Oui mais en même temps c’est tellement cool de voir le gamin trop content avec son Lego star wars que tu as choisi car tu as toujours adoré les monter mais que du fait de ton statut d’adulte tu ne t’achètes pas.

    • 1 décembre 2009 14 h 37 mi

      je revendique le fait d’avoir toujours des figurines star wars chez moi 🙂

  2. 1 décembre 2009 21 h 36 mi

    C’est effectivement parmi un des grands avantages d’avoir des enfants… leur acheter tous les jouets avec lesquels on aurait voulu jouer étant petit ou que l’on n’ose pas s’acheter!

    Cette année on commence à avoir droit aux questions techniques sur la manière dont le Père Noël s’y prend pour faire sa tournée… Je l’ai comparé à Dieu l’autre jour en leur disant que ce n’est pas parce qu’on ne comprend pas comment c’est possible qu’il ne faut pas y croire… Ca a marché. Pour un temps, j’imagine!

    • 2 décembre 2009 6 h 13 mi

      j’ai de la chance, je n’ai pas encore droit à ce genre de questions. Tant que les cadeaux sont la… ^^

  3. 2 décembre 2009 9 h 12 mi

    Merci pour ton passage et ton commentaire sur mon blog. Je découvre le tien, c’est sympa et frais, la démarche me plaît, alors il y a de bonnes chances que je revienne régulièrement. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, je te mets en lien chez moi. Non non, ça me fait plaisir.

    😉

    • 2 décembre 2009 10 h 15 mi

      Un commentaire qui fait bien plaisir. Les bons comptes faisant les bons amis, je me permets de te linker également. Puisqu’apparemment pour toi comme pour moi, raler est un plaisir 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :