Skip to content

Pff! J’arrête quand je veux!

27 novembre 2009

Quand j’étais petit j’aimais bien regarder par le trou de la serrure du vestiaire des filles. Je n’étais pas un voyeur pervers attiré par l’éventuelle possibilité de voir un bout de culotte, non non, j’étais juste curieux.

Aujourd’hui les serrures sont devenues plus modernes, du coup, walou tu peux plus regarder. De toute façon je m’en cogne, je ne vais plus au sport. Et puis aujourd’hui, on a plus besoin de serrures, on a Facebook !

C’est quand même génial ce truc, on peut satisfaire sa curiosité à tout moment sans risquer de prendre la porte dans la tronche.

Quand Facebook a commencé à se développer en France, je ne comprenais pas trop l’intérêt du truc. Pourquoi étaler sa vie privée et la laisser à la portée de tout le monde ou presque. Ca me semblait d’un commun, d’un vulgaire… Un peu comme ces couples authentiques qui vont se faire cocufier devant 45 caméras sur l’ile de la tentation. Et puis mince, c’est hyper dangereux internet ! On peut remonter ma trace, savoir ou j’habite, venir me kidnapper ou savoir que je suis un gros con à tendance sociopathe, bref, Facebook ne passera pas par moi.

Et puis un jour, on se laisse tenter, on se dit qu’on va s’inscrire comme ca, pour voir. Histoire de pas mourir idiot quoi. Bim bim, 1 photo, 3 infos et nous voila connecté.

Facebook il est super sympa, il va chercher tous tes copains que t’a pas vu depuis longtemps, tous les gens a qui tu as déjà envoyé un mail et tous les anonymes qui partagent comme toi un passé commun au collège notre dame de la ciboulette. Toi tu acceptes les invitations sans trop faire attention, tu feras le tri une fois que tu auras compris comment ca marche.

A ce moment la tu l’ignores encore, mais tu es déjà foutu ami lecteur. Toi qui avais juré qu’on ne t’y prendrait pas tu viens de mettre un doigt dans l’engrenage. Ta mère te l’avait dit « touche pas à ca ! T’as pas besoin de ca ! J’ai le fils d’une amie qui y a touché une fois et depuis il est accro ! ».

Tu n’as pas vu le coup venir, ca semble si anodin vu de loin, mais une fois le nez dessus on a du mal à en décrocher.

            Tu commences à prendre un certain plaisir à revoir la photo de cet ami d’enfance que tu n’avais pas vu depuis quinze ans, tu compatis franchement au message désespéré de ta collègue qui t’apprend qu’elle a une angine (ou la grippe A, c’est plus tendance), tu satisfais ta curiosité en panoramique, tu te remplis le cerveau de toutes ces informations, tu te délectes de cette impression d’avoir tous tes copains à portée de main.

Avec Facebook, tu es au rapidement au courant de tout, alors même qu’il y a trois semaines encore tu avais du mal à capter France 3 dans ton patelin paumé. Tu discutes avec des gens, tu connais la date précise du prochain concert de ton groupe favori. C’est cool la vie 2.0.

Et puis un jour, comme pour tout produit stupéfiant, il arrive qu’on tombe dans l’excès. Et la c’est le drame. Sur ton profil fleurissent les invitations, «  Pour voir kissé qui matte ton profil », aussi surement que l’acné sur le front d’un adolescent, des messages culturels du type « Jacques t’a lancé une patate, veux tu lui renvoyer »  s’entassent dans ta boite de réception et tu ne sais plus comment gérer la crise. Succomber au chant des sirènes ou lutter, se rendre ou résister, choix cornélien s’il en est. Alors dans un moment de désespoir tu prendras une décision cruelle. D’un doigt tremblant du sélectionneras l’option « masquer l’application patate de Jacques ». C’est le bad trip, toi qui te délectais à l’idée de tout savoir sur tout le monde, voila que tu cloisonnes les informations qui t’arrivent. Ca te fait bizarre sur le coup, tu as un peu l’impression de le trahir Jacques en refusant de voir une partie de l’information qu’il juge indispensable de te faire connaitre.

 Mais bon, après tout, ce n’est pas si grave, tu ne fais que réduire la dose, ce n’est qu’un loisir, juste pour occuper les moments libres…

Et c’est avec un petit sourire au coin des lèvres que tu lances ton application favorite « PAF le koala » pour voir si y’a pas moyen d’inviter tes amis à battre ton score.

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. 1 décembre 2009 12 h 20 mi

    Cool ! Zut, il est où le bouton « J’aime » ???

  2. anaïs permalink
    12 décembre 2009 19 h 23 mi

    pfff lol c trop ça!!! on se laisse porter par la société c est déprimant!

  3. steph permalink
    5 février 2010 20 h 38 mi

    je ne m’en lasse pas de venir le relire celui ci, et je finis toujours écroulée de rire 😀 allez savoir pourquoi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :